Patrimoine

Le château de Vaugrigneuse

Le château de Vaugrigneuse

Les allées bordées d’arbres, le pont enjambant la Prédecelle, le parc et le plan d’eau, les tons ocres des murs, les toits d’ardoise, le bel escalier menant aux salons par une terrasse ouverte sur les jardins font le charme de ce site.

Edifié au XVIIème siècle par Jean Héroard (1550-1628), seigneur de Vaugrigneuse, médecin ordinaire des rois Charles IX, Henri III, Henri IV, avant de devenir médecin du dauphin, puis premier médecin du roi lorsque Louis XIII accède au trône à moins de neuf ans.
Le journal de Jean Héroard, édité depuis peu, tient registre au jour le jour de l’histoire de l’enfant royal de 1601 à 1623, date à laquelle l’auteur mourut au siège de la Rochelle.

L’amitié du roi pour son médecin valut à Vaugrigneuse l’honneur de ses visites. La terre de Vaugrigneuse fut, à sa mort, vendue aux Lamoignon, seigneurs de Launay-Courson, qui ne la gardèrent que quatre ans.
Aujourd’hui, le château et les 16 hectares du parc appartiennent à un propriétaire particulier.


L'église de Vaugrigneuse

L’Eglise Sainte-Marie-Magdeleine

Egalement utilisée, avec le cimetière, par les habitants de Courson Monteloup, elle date du XVème siècle. Des travaux importants y furent réalisés grâce à Mme Chrétien de Lihus, châtelaine de la Fontaine-aux-Cossons et épouse du maire de Vaugrigneuse.

Les heurtoirs des portes latérales sont gravés à ses initiales. Autels, retables, chaire, bancs et lambris forment un ensemble de belles boiseries de style ogival flamboyant.

Dans le choeur, un tableau représentant le Christ et Marie-Magdeleine fut offert par le peintre Wasserman lorsqu’il résidait à Vaugrigneuse.

Jean Héroard repose avec son épouse, Anne du Val dans la chapelle de la Vierge, qu’il fit édifier au début du XVIIème siècle. Dix fleurs de lys sur les boiseries qui bordent les fonts baptismaux indiquent l’emplacement du tombeau.
L’actuel clocher fut élevé en 1888, l’ancien menaçant de s’effondrer. Messe à 11h, le 3ème dimanche du mois.


Le château de la Fontaine-aux-Cossons

Le Château de La Fontaine aux Cossons

Le hameau de la Fontaine-aux-Cossons fut fondé en 1498 en vertu d’une concession de neuf arpents de terre à la Fontaine-sur-Berchevilliers, faite à Perrin et Gaspard Colchon. Les premiers titres indiquent « la Fontaine aux Colchons ».

L’un des propriétaires du château fut le Général de Hédouville, pair de France. Il était ambassadeur en Russie quand Napoléon fit exécuter le Duc d’Enghien dans les fossés de Vincennes.
Cet acte indisposa le Tsar, qui rappela son ambassadeur en signe de protestation. Napoléon fit de même, et le Comte de Hédouville vint se retirer à la Fontaine. Il est enterré au cimetière de Vaugrigneuse.

On retrouve en 1850 comme propriétaires la généreuse Mme Chrétien de Lihus et son époux (réfection de 1’église, couvent, école religieuse).
Le château est à présent une maison de retraite pour personnes âgées.

  • dolore estRue de l'Orme Gras
  • dolore estLa ferme Hochereau
  • dolore estLe lavoir de Machery

Les vieilles maisons sont traditionnellement édifiées en pierre de meulière. On peut en admirer en longeant la rue du Chemin Tournant à Launay-Courson, (plusieurs d’entre-elles figurent au cadastre de 1814 en mairie), la rue du Bois des Nots, le chemin de la Rochelle, sans oublier la ferme Hochereau et le moulin, anciennes dépendances du château, très joliment restaurés.

La Fontaine aux Sœurs doit son nom à la proximité, au XIXème siècle, d’un couvent et d’une école.

Le lavoir de Machery, très bien restauré, est situé en plein centre du hameau. Une plaque commémorative y a été apposée à la mémoire de Thérèse et Claude RIVAT, habitant jadis le hameau, résistants et déportés durant la dernière guerre.